• Accueil
  • |
  • L'agence
  • |
  • Contact
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe

Invités à se prononcer sur les chances de victoire de la Coalition Arc-En-Ciel aux législatives du 2013 juillet prochain, deux responsables de cette alliance électorale, semblent croire dur comme fer en une consécration, malgré l’échec de l’union sacrée tant souhaitée pour l’opposition togolaise. La présidente et coordinatrice de la Coalition « Arc-en-ciel », Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson rassure donc que « nos chances de gagner sont importantes parce que nous incarnons la volonté de l’immense majorité des Togolais qui veulent changer, qui veulent être gouvernés autrement, qui n’en peuvent plus tous les jours de devoir faire face à des difficultés pour accéder aux besoins les plus élémentaires. Alors ces Togolais, je suis convaincue, que le moment venu, nous avons fait notre devoir et je suis convaincu qu’ils feront le leur aussi ». C’est une assurance également confirmée par Antoine Folly dont le parti, UDS Togo est membre de la Coalition.


« On y va, parce qu’on y croit. Il y a une soif de changement chez les Togolais et togolaise. Et cette soif de changement, nous pensons que cette fois-ci sera la bonne », indique ce dernier à qui veut l‘entendre. Mais eulement qu’il regrette que seulement 30 jours séparent de ce scrutin. M. Folly trouve que « de toute évidence nous sommes à moins de 30 jours, lors qu’on voit toutes les tâches à accomplir, tous les aménagements à apporter aux lois électorales et au cadre insttutionnel pour que ces élections soient crédibles, on n’aura pas assez de moins de trente jours pour organiser des élections crédibles. Il y a évidemment le pouvoir qui est très pressé mais tout le monde est d’accord que, vu tout ce qu’il y a à faire, le temps qui nous est impartie ne sera pas suffisant pour organiser des élections crédibles ».


Telles sont entre autres convictions fortes partagées par la Coalition Arc-En-Ciel, qui était en conférence de presse vendredi dernier. Malgré donc l’échec des démarches en vue d’une union sacrée Arc-En-Ciel/CST, Mme Adjamagbo-Johnson et ses compagnons de lutte restent unanimes que « même s’il y a deux listes des forces politiques de l’opposition, nous n’avons qu’un seul adversaire : l’UNIR. Ensemble avec notre partenaire principal de l’opposition, nous continuerons à discuter avec le pouvoir pour améliorer les conditions d’organisation des élections. Nous continuerons à chercher des stratégies à mettre en œuvre pour que nous soyons unis, que nous n’affaiblissions pas l’opposition pendant les élections » avant de poursuivre qu’« Il y a espoir que nous puissions encore dégager une majorité forte en faveur des forces de l’opposition ». Une preuve manifeste que la Coalition Arc-En-Ciel voue toujours une confiance aveugle en un partenaire qui a feint manifester sa disponibilité à aller ensemble à une union sacrée de l’opposition en vue des législatives qui arrivent à grand pas.


Les responsables de cette coalition se sont aussi réjouis du fait que le travail confié à une commission spécialisée a aidé à dégager un consensus dans les rangs des cinq partis politiques de la Coalition Arc-En-Ciel. Il ressort que le CAR, la CDPA, le PDP, le MCD et l’UDS Togo ont pu se constituer une liste commune dans les 30 circonscriptions électorales. Un exploit également réalisé en solitaire par les partis politiques membres du CST. On attend de voir qui des deux regroupements s’en tirera à bon compte au terme de ce processus électoral.

Faites un commentaire