• Accueil
  • |
  • L'agence
  • |
  • Contact
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe

Togo: Chronique/ Yves de Fréau: Le cri du poète

L’air est affecté. La moisson depuis janvier 2017 est extrêmement pauvre. La mousson n’y est pour rien, elle. C’est son temps. Et loin de nous plaindre, on salut sa fidélité et surtout sa clémence.


L’air est triste. Et visiblement, personne ne peut rien y changer.  Depuis le 28 mai, dimanche de la 26e et dernière journée du championnat national de football de première division et le ‘’11-0’’ infligé par Gbikinti FC de Bassar à Maranatha FC de Fiokpo, les journées sont longues, les nuits sans saveur. Bref, c’est l’ennui et la tristesse. L’émotion n’est plus ce qu’elle était les premiers jours de l’élection du Colonel Guy Akpovy à la tête de la Fédération Togolaise de Football. Les promesses du Nouvel Elan se sont englouties. L’espérance est hachée. L’attente est vaine. Sans suite. Puisque le rideau est tombé définitivement sur tout. Une phase finale de CAN 2017 catastrophique au Gabon ; une fin de championnat anecdotique ; un début malheureux des éliminatoires de la CAN 2019 en Algérie ; des journées FIFA mal négociées ; des éliminations qui pleuvent au niveau du CHAN et de l’UFOA ; des questions sans réponses sur la date du début du championnat de l’élite et le nombre de club devant s’y inscrire… La nuit est tombée de nouveau sur le football togolais. Une nuit noire hantée par de nouveaux démons, et qui fait encore plus peur qu’avant. Le chaos est visible. Difficile pour le poète de se taire. Alors, il crie : que faites-vous de notre football messieurs ?


D’un côté, un ministre des Sports qui se mêle de tout. Et qui finalement ne fait rien. Son nom, Guy Madjé Lorenzo. Propriétaire de tous les dossiers auxquels il ne donne jamais suite, il se charge également de pourrir le monde de la Communication, de la Culture et de déformer toute civilité dans tous les domaines. Autant, il a prévenu « fièrement » le monde du basket-ball que, le gouvernement n’a rien à leur donner pour organiser la phase finale de leur championnat national qui devrait débuter ce 18 septembre 2017 à Kpalimé, de même il a prévenu la FTF qu’elle n’aura pas un seul sous pour démarrer ses championnats des première, deuxième et troisième divisions. Note, Zéro. Observation : médiocre… à retourner à ses cours très vite, au risque d’être lynché un soir par cette majorité de Togolais qui n’ont que le sport pour se consoler de leur grisaille quotidienne.


De l’autre, un président de fédération qui ne se mêle de rien. Et qui finalement, voit le ciel tomber sur sa tête. Son nom, Guy Kossi Akpovy. Un corbeau au pays des renards, et dont l’histoire ressemble à l’une des fables de La Fontaine : « Eh, bonjour cher monsieur Corbeau. Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau ! Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes le phénix des hôtes de ces bois »… Vous connaissez la suite… Maitre Corbeau, perché sur l’arbre, tout joyeux et flatté par les doux mots du faux ami Renard, ouvre sa bouche pour chanter et « montrer sa belle voix ». Le joli fromage qu’il mangeait tombe au sol. Tout naturellement, monsieur Renard s’en saisit et lui dit : Mon bon monsieur, apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute. S’il nous est permis de dire un mot au Colonel, ce serait en ces mêmes termes assez clairs de monsieur Renard. Tout en ajoutant que ceux qui continuent de lui dire qu’il fait bien les choses, lui mentent. Rien ne va, cher Colonel ! Et ce ne sont pas le manque de cohésion dans le Comex, les défaites multipliées des Eperviers A et A’, les affaires toujours non élucidées ‘’Kotoko-Anges’’, ‘’Gbikinti-Maranatha, l’insolente indépendance du technicien français Claude Le Roy et la mauvaise mainmise de Adébayor Shéyi sur la sélection nationale qui feraient penser le contraire. Observation : largement au dessous de la moyenne… à réagir précipitamment, au risque de perdre son reliquat de crédibilité.


Conclusion : il faut un ministre dégagé de toutes autres responsabilités pour gérer notre Sport. A la FTF, il faut de l’action. Là-bas à Kégué, il faut se montrer dignes et respectables les gars ! 

Faites un commentaire