• Accueil
  • |
  • L'agence
  • |
  • Contact
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe

Une formation à l’endroit des journalistes, des organisations de la société civile et des défenseurs des droits de l’Homme a officiellement pris fin mercredi à Lomé. Cet atelier initié par le Collectif des Associations contre l’Impunité au Togo (CACIT) en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) veut contribuer à une meilleure compréhension et appropriation des textes nationaux régissant les manifestations publiques.


Cette rencontre à laquelle ont pris part une cinquantaine de participants a servi de cadre d’échanges et de partages d’informations et permis une meilleure collaboration des acteurs en la matière. Une opportunité qu’ont saisie les participants pour acquérir de nouvelles connaissances devant leur permettre de sensibiliser à leur tour, la population.

La nécessité de maîtriser les textes internationaux, leur domestication au plan national et les mécanismes de suivi pour la garantie de liberté et la protection des défenseurs des droits de l’homme, l’utilité de puiser dans les bonnes pratiques au niveau national, le fait de s’assurer de l’efficacité de la jouissance des libertés de manifestation par l’effectivité d’une protection des défenseurs des droits de l’Homme et des journalistes par une loi sur la protection des défenseurs, sont les principaux sujets qui ont été abordés lors de cette rencontre. 

Il faut rappeler que le CACIT est un réseau d’associations et d’ONGs engagé dans la défense et la promotion des droits humains au Togo.

Moulikatou S.

Faites un commentaire