• Accueil
  • |
  • L'agence
  • |
  • Contact
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe

Faure Gnassingbé, dans son discours à la Nation en début d’année, a pris l’initiative d’octroyer 20% des marchés publics aux jeunes et aux femmes entrepreneurs du pays. Afin de traduire dans la réalité cette annonce, des formations sont initiées pour les jeunes et femmes entrepreneurs.


Depuis la semaine passée, l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) en collaboration avec la Direction Nationale de Contrôle des Marchés Publics (DNCMP) et le Fonds d’Appui aux Initiatives Économiques des Jeunes (FAIEJ) forment des entrepreneurs à Kara et à Lomé. 
La deuxième vague de la formation a débuté lundi et prend fin ce vendredi. En tout 206 jeunes sont formés pour le compte de Lomé. 

L’objectif de ces formations est d’amener les jeunes entrepreneurs à acquérir des connaissances sur les appels d’offres, la constitution des dossiers pour être éligibles et où trouver des informations. En tout cinq modules ont été dispensés. 

« Nous avons parlé du cadre de gestion des Marchés Publics. Des textes régissent l’attribution des marchés publics dans ce pays. Et pour avoir un marché public, il faut nécessairement connaitre ces textes. Le jeune entrepreneur doit s’informer par la presse où tous les appels d’offre sont publiés, s’approcher des autorités contractantes pour connaitre leurs besoins qui ne font pas partie des appels d’offres », a expliqué Sambiani Thomas, formateur en Marchés Publics. 

Ces jeunes formés ont déjà leurs noms dans la base de données et pourront être contactés suivant leurs compétences si éventuellement, des appels d’offres sont lancés. La formation des jeunes se poursuit les jours à venir. Pour prendre part à ces formations, il suffit de s’inscrire sur la plateforme de la Direction Nationale de Contrôle des Marchés Publics (DNCMP). 

Magnim 

Faites un commentaire