• Accueil
  • |
  • L'agence
  • |
  • Contact
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe

Le Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) intègre la jeunesse dans le processus de démocratisation du Togo. Samedi à Lomé, les responsables de cette formation politique, membre de la Coalition des 14, ont initié un séminaire de formation à l'endroit des jeunes du parti.


« La formation des jeunes ambassadeurs sur la démocratie et la citoyenneté ». C'est la nomenclature affectée à ce séminaire. L'idée est d'amener tous les citoyens à jouer, de façon effective, leur partition pour l'enracinement de la démocratie au Togo. Pour Pr Wolou Komi, l'un des promoteurs de cette formation et Secrétaire national du PSR, un militant mal formé est une véritable poudrière pour la population. 

« Un citoyen mal formé est un danger pour la population. Quand on est pas bien formé et qu'on s'engage à soutenir des tendances, c'est un danger pour nous tous. Particulièrement, je parle des militants. Un militant mal formé, c'est un danger pour toute la population », a indiqué l'homme politique. 

Selon lui, « quand un militant est mal formé, il pense que ses opinions sont des paroles d’Évangile. Quand un militant est mal formé il ne peut pas écouter des gens. Il pense que les adversaires politiques sont des ennemies. Ils se croit en droit d'empêcher les autres formations politiques d'exercer librement leur actes. Et pourtant, exercer une activité politique est un droit fondamental. Un militant doit savoir qu'il est soumis à la loi. Et il faudrait que les citoyens, dans leur ensemble, soient bien formés afin qu'ils puissent jouer aussi leur partition dans le processus démocratique ».

Cette formation sur les valeurs citoyennes et démocratiques revêt d'une importance capitale pour une sensibilisation des acteurs politiques afin d’accélérer le dialogue inter-togolais qui piétine. 

Pour Pr Wolou Komi, depuis le début du dialogue, les deux parties ont pris des engagements. Mais, on se rend compte « qu'il y a beaucoup de choses qui ne vont pas bien ». 

Actuellement, il n'est pas possible de mener des activités politiques dans certaines villes à l'intérieur du pays. « Et tant qu'il en ait ainsi, c'est que les valeurs citoyennes ne sont pas respectées. Pour cette raison, nous disons que le régime n'est pas totalement ouvert à ce dialogue », a-t-il conclu.

Ce n’est pas la première fois que ce parti politique initie des séminaires à l’endroit de ses jeunes militants. Ces derniers ont été entretenus sur trois grandes thématiques relatives à l’alternance et à la bonne gouvernance. 


A. Godfrey

Faites un commentaire