• Accueil
  • |
  • L'agence
  • |
  • Contact
  • |
  • Connexion
  • |
  • Subscribe

La chefferie traditionnelle est devenue une gangrène qui détruit la société togolaise. Politisée jusqu’aux dernières strates, la désignation des chefs de quartiers, de villages ou de cantons fait l’objet de vives contestations un peu partout. Même les maisons royales les plus organisées ne sont non plus épargnées. C’est le cas par exemple du canton de Tsévié reconnu très structuré et bien organisé jusqu’au décès de Togbui Passah Yao Gozo Folly VII le 17 novembre 2014.


Pour le Conseil de Trône, tout allait bien avec l’ancien Préfet Adossi Komi Sena qui a reçu le dossier de Passah Koffi Afeti qu’il a envoyé au ministère de l’Administration Territoriale. Mais à l’arrivée du nouveau Préfet Etsè Kadevi, tout a chamboulé au point que pour la première fois, il a été procédé au vote pour choisir Passah Agbessi Assito. 

Depuis le 1er mars où le décret de sa reconnaissance a été pris en conseil des ministres, la tension a monté d’un cran au sein de la famille royale. Selon des sources proches de la famille, «c’est un choix purement politique qui ne respecte aucun critère établi pour la succession au Palais Passah. Il n’y a jamais eu d’enquête de moralité pour celui qui est imposé aujourd’hui. Or, tout a été fait pour son frère aîné. On est finalement dans quel pays ? Je me demande ce que fera le nouveau chef. Le conseil de trône n’a pas été informé du fameux vote. C’est le Conseil coutumier qui décide du choix et non une élection. Ce qui se passe est une mascarade. Il n’a pas encore été intronisé, mais il a outrepassé toutes les consignes pour aller prendre tous les attributs du regretté chef qu’il porte gaillardement. C’est regrettable pour notre pays ». 

Le Président de la Délégation Spéciale de Tsévié Bruno Kossi Logo a été pointé du doigt comme principal investigateur de cette anarchie. Joint par la Rédaction, il rejette tout en bloc. « Qui suis-je ? Je n’ai pas mis ma bouche dans la chefferie Passah. Je n’ai rien à foutre. Je sais qu’il y a eu contestation sous l’ancien préfet Adossi. Après le nouveau préfet a repris le dossier qui a abouti à la désignation du nouveau chef. Le Conseil coutumier m’a invité en tant qu’autorité de la ville de Tsévié lors du vote. Le jour-là, j’ai aussi dit que c’est la première fois que j’assiste à un vote en pays éwé pour la désignation d’un chef. Etant donné que ce n’est pas de mon ressort, j’ai assisté simplement en tant qu’observateur. Pour ce vote, le nouveau chef avait obtenu 50 voix contre une voix pour Afeti », a-t-il dit.

S’agissant des allégations d’achat de véhicule au nouveau chef, le Président de la Délégation dément et affirme que le nouveau chef continue d’aller à pied. Toutes nos tentatives pour joindre le Préfet et le nouveau chef n’ont pas abouti. Dans la foulée de la contestation, une lettre a été envoyée au Chef de l’Etat dont voici la teneur. 

K. A.

Faites un commentaire