LA UNE POLITIQUE

Reprise des manifestations par la C14: un test pour le gouvernement et une pression sur la CEDEAO.

Ce mardi 10 juillet 2018, la coalition des quatorze partis de l’opposition a annoncé la reprise des manifestations qui s’étalent sur tout le mois de juillet.

En effet, s’appuyant sur le communiqué du 27 juin dernier à l’issu du quatrième round du dialogue inter-togolais sous la médiation de la CEDEAO qui a débuté depuis le 19 février 2018 en vue de la résolution de la crise qui secoue notre pays depuis Aout 2017 , lequel communiqué invite le gouvernement à garantir le droit et la liberté de manifester en toute sécurité sur l’ensemble du territoire national, la coalition des 14 partis de l’ opposition projette une série de manifestations qui débute dès demain jeudi 12 juillet.

De la visite aux détenus de prison aux grands meetings d’ information et de sensibilisation dans les grandes villes du Pays notamment Sokodé, Mango et Bafilo, il faut comprendre deux choses: la C14 veut tester la bonne foi du gouvernement mais aussi  mettre la pression sur la CEDEAO.

Un test pour le gouvernement dans quel sens.

En effet, depuis la signature  par la C14 de la suspension des manifestations au cours des précédents rounds du dialogue ,le gouvernement togolais a toujours entravé au droit de manifestation en opposant un refus catégorique  à toute tentative de manifestation de la C14 dans les villes de Sokodé, Mango et Bafilo, ce qui exacerbé la tension politique dans le pays et accru le déficit de confiance entre les acteurs politiques . Voyons voir si le gouvernement manifestera sa bonne foi  en autorisant ses manifestations ou s’obstinera t-il dans cette voie du mépris du droit constitutionnel dans laquelle il s’est obstrué il y a plusieurs mois. Ces manifestations , ce sont aussi un moyen de pression sur la CEDEAO.

Une pression sur la CEDEAO.

Nous observons que la série de manifestations s’étale sur tout le mois de juillet, or le 31 juillet , la CEDEAO tient son Sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernement à Lomé, Sommet à l’issu duquel l’institution régionale formulera ses recommandations de sortie de crise au Togo. C’est bien clair , la C14 veut tirer le drap de son coté en mettant la pression. D’ailleurs le ton a déjà été donné par le chef de fil de l’opposition, Jean Pierre FABRE dans un entretien accordé au journal le Correcteur. Il dit le moment venu « il appréciera et prendra ses responsabilités » faisant allusion aux propositions de sortie de crise de la CEDEAO.

Théodore MESSAN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *