POLITIQUE

Les propositions de la diaspora à la C14.

Reading Time: 6 minutes

Les Togolais de la diaspora ne baissent pas les bras dans la recherche de solution pour une alternance démocratique au Togo. Ils viennent de faire une proposition de recommandations à la Coalition des 14 partis de l’opposition à cet effet. Lisez plutôt !

Sujet: Proposition de recommandations de citoyens actifs de la diaspora togolaise à l’endroit de la C14 en vue d’une alternance démocratique immédiate au Togo.

Luzern, Suisse, le 09 Septembre 2018

Chers leaders,

Epris d’un sentiment patriotique et conscients du devoir que ceci exige de tout bon citoyen, nous, divers acteurs actifs de la diaspora togolaise de tous horizons, préoccupés par la situation politique confuse dans laquelle navigue notre chère patrie le Togo depuis le 19 Aout 2017, venons par ce mémorandum, qui fera l’objet d’une lettre ouverte, nous adresser fraternellement à vous, leaders et membres de la coalition des quatorze partis de l’opposition togolaise (C14), pour vous émettre nos points de vue sur cette nouvelle étape difficile que traverse notre pays.

Pour commencer, nous tenons à vous exprimer nos remerciements, notre soutien et nos encouragements pour ce désir qui vous a toujours animés de vous dévouer, sur plusieurs plans, pour essayer de changer le sort de notre pays qui semble être jeté définitivement dans une fatalité quasi-irrémédiable.

Il n’est nul besoin de vous rappeler l’évidence qu’aucun être humain n’est jamais parfait, malgré ses énormes qualités. C’est pourquoi beaucoup de vos concitoyens, vivant au Togo ou hors de nos frontières, ont très souvent eu à vous adresser de diverses manières des critiques parfois acerbes mais constructives. Vous ne devez pas tenir rigueur de la forme que ces critiques peuvent prendre, mais tout simplement considérer le désir des uns et des autres à voir les choses évoluer autrement, pour que notre pays sorte enfin du bagne cinquantenaire auquel l’a condamné le règne dynastique des Gnassingbé et leur clan.

Considérez que tout responsable social ou politique est une personne exposée et susceptible d’approbation ou de désaveu de la part de la masse populaire. Armez-vous donc de plus de courage, de patience et de discernement pour mettre en avant le salut du peuple pour lequel vous vous êtes engagés depuis plusieurs décénnies.

Tout comme nous, vous n’ignorez pas le type de régime que nous combattons de toutes nos forces : une dynastie machiavélique de type colonial, soutenue sans relâche par une armée sanguinaire et anti-républicaine, érigée par les mains noires des puissances impérialistes occidentales et leurs multinationales, dont la France en chef de file. Un régime qui, malgré sa vieillesse de 52 ans, sa stérilité et son échec sur tous les plans dans la gestion du Togo, ne lésine sur aucun moyen
pour s’éterniser.

Chers leaders, sachant que vous êtes presque tous des militants précoces qui se sont levés dès le vent des contestations populaires ayant officiellement emporté notre pays dans le combat pour sa liberté à partir du 05 Octobre 1990, nous n’avons pas besoin de passer en revue tous les efforts et sacrifices que beaucoup parmi vous ont consentis, au péril de leur vie, pour l’avènement d’un Togo démocratique. Il est inutile de rappeler à une mère comment elle a porté sa grossesse et les douleurs qu’elle a endurées pendant l’enfantement. Vous savez tout le mal que vous vous êtes donné, chacun à sa manière, pour le changement politique au Togo, sans grand succès apparent jusqu’ici, hélas, à cause des atrocités, hypocrisies et malices du pouvoir RPT rebaptisé UNIR qui ne veut en aucun cas rendre le changement démocratique possible sur la Terre de nos Aïeux.

Nous voulons ici encore rappeler, puisque bien des Togolais semblent sitot l’oublier, que de 1990 à ce jour, le Togo comptabilise 6 élections presidentielles toutes frauduleuses et lourdement meurtrières pour le peuple, 4 élections léglisatives de la meme teneur en fraudes et trucages massifs, 26 dialogues et accords politiques, entre pouvoir et oppositions, sans issues salvatrices pour les Togolais qui n’en peuvent plus de souffrir des suites de tous les blocages nés des querelles politiques.

Et nous sommes au regret de constater une évidence que personne, ni vous ni nous, ne peut plus nier: le 27e dialogue politique togolais dans lequel le RPT-UNIR a embarqué la C14, sans le consentement du peuple que vous supposez représenter, est un nouvel échec. Ce dialogue, comme les précédents, ne mènera nullement ni aujourd’hui, ni demain le peuple togolais à l’alternance pour laquelle il s’est lourdement sacrifié.

Sur ce, et vu la manne accordée par le syndicat des chefs d’État de l’Ouest africain, CEDEAO, au RPT-UNIR agonisant, par le biais de sa « Feuille de Route » ambigue qui offre à Faure Gnassingbe et sa clique une occasion de mise en oeuvre de leurs plans de diversions habituelles, que nous connaissons tous, dans l’unique but de conserver leur pouvoir usurpé, il nous tient à coeur de vous adresser les recommandations suivantes censées créer les conditions d’une vraie alternance dans notre pays:

1- La C14, si elle représente réellement le peuple comme cela se fait dire, doit se référer régulièrement au peuple togolais, le premier et vrai détenteur de la souveraineté nationale, afin de recueillir son avis et agir conformement à lui.
2-
2- La C14 doit rendre fidèlement et régulièrement compte au peuple dont elle est sensée avoir obtenu le mandat d’agir. Ceci doit se faire à travers des meetings d’information, des conférences de presse et des publications sur les réseaux sociaux et les autres masses-médias.

3- La C14 doit se rendre à l’évidence que la CEDEAO ne peut pencher en faveur du peuple togolais que lorsque celui-ci affiche manifestement son désir indiscutable d’en finir avec ce système cinquantenaire des Gnassingbe et sa milice armée. Et la seule arme dont dispose ce peuple face à la dictature restent les manifestations de rue qu’il faudra reprendre incessamment dans le but de généraliser le soulèvement populaire porteur de changement démocratique.

4- La C14, en s’associant avec les organisations de la société civile crédible, doit donc valablement se servir de cette arme du peuple, les manifestations de rue, pour stopper immédiatement la course entêtée dans laquelle s’est lancé le RPT-UNIR à travers les travaux de sa CENI-béquille et partisane taillée sur mesure pour lui garantir une énième victoire frauduleuse.

5- La C14 doit exiger de la CEDEAO et de toutes les organisations internationales engagées de près ou de loin dans la crise togolaise:

-La mise en place sans délai du comité de suivi promis par la CEDEAO pour superviser le processus électoral.
-La libération immédiate et sans conditions de tous les détenus arbitraires dans le cadre des manifestations, et en l’occurrence ceux de la société civile au rang desquels EZA Kokou et KOKODOKO Mesennth du mouvement citoyen Nubuéké, SATCHIVI Folly du mouvement « En Aucun Cas » et JOHNSON AssibaBiova, président de l’organisation civile REJADD.
-La levée du siège sur les villes assiégées dont Sokodé, Bafilo et Mango et l’autorisation des manifestations de toutes les formations politiques sur toute l’étendue du territoire togolais.
-La recomposition de la CENI afin d’avoir une représentation pouvant servir de contrepoids aux manoeuvres frauduleuses du RPT-UNIR, ainsi qu’une profonde réforme de la Cour Constitutionnelle qui à elles deux ont toujours été les organes d’institution et de validation des fraudes et trucages électoraux, sources de tensions, de troubles, de violences et de milliers morts…

-Le redécoupage électoral, la refonte du fichier électoral, un recensement complet avec des cartes d’électeurs biométrisées.
-Le déploiement d’une force de la CEDEAO pour sécuriser le processus, rôle que n’a jamais joué l’armée togolaise inféodée au régime.
– L’exigence du vote de la diaspora togolaise.

Par ailleurs, il ne serait pas outrancier de déclarer, que tant que toutes ces mesures ne seront pas satisfaites, aucun parti politique se réclamant de l’opposition ne doit participer à aucune élection dont nous connaissons tous d’avance les résultats. En ce sens, l’unique et immuable devise de tous les partis de la C14 doit être: «PAS DE RÉFORMES, PAS D’ÉLECTIONS AU TOGO!»

Cette lutte n’a que trop duré, et nous devons empêcher ce pouvoir pernicieux qui fait tout pour faire croire à une frange de citoyens indolents que la dictature était mieux que la démocratie pour laquelle le peuple est si tant éprouvé!

Il est donc logique que le peuple, qui jusqu’ici a payé le plus lourd tribut dans cette lutte, mette en garde tout parti ou individu qui, au nom du peuple, participera à une élection sans toutes les réformes constitutionnelles, institutionnelles et du cadre électoral, qu’il sera combattu au même titre que le RPT-UNIR et ses acolytes. Il est désormais révolu, le temps où l’opposition doit servir de pigeon au régime RPT-UNIR pour se donner aux yeux du monde une légitimité de façade à travers des élections truquées aux résultats préfabriqués. C’est donc le moment pour tous les acteurs de la vie politique togolaise de réaliser que désormais dans notre chère Patrie, face à un peuple révolté et aussi déterminé que le nôtre, plus rien ne sera comme avant!

Nous restons disposés à collaborer étroitement avec la C14 et toutes les organisations crédibles de la société civile togolaise engagées pour l’alternance, afin d’apporter toutes nos contributions nécessaires pour la victoire finale du peuple.

C’est ensemble et dans la vérité de notre engagement pour un Togo nouveau que les fils et filles du Togo et de la Diaspora parviendront à conjurer un meilleur sort pour notre patrie. Nous restons ouverts et disponibles à vos suggestions.
Meilleures salutations.

Ont signé:

EmmanuellaEssivi KPETSU, Karlsruhe, République Fédérale d’Allemagne.
Romaricson ALOGNON, Bremen, République Fédérale d’Allemagne.
David KPELLY, Bamako, République du Mali.
Olivier TOKANOU, Meet Maastricht, Pays-Bas
KokouNouwozan LANGUEH, Montréal, CANADA.
Léandre APPOM, Minneapolis, USA.
Hubert ATISSO, Davenport, Iowa, USA.
Jean-Paul EdohNunyava OUMOLOU, Luzern, Confédération Suisse.

NOTRE CONTACT :
Email : groupe.strategiquetg@gmail.com / Téléphone + WhatsApp : +41 79 472 1854.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *