Charles Kondi Agba : « Nous n’avons peur d’aucun candidat »

0
19
Charles Kondi Agba : « Nous N’avons Peur D’aucun Candidat »

Ce matin, le délégué national des ‘Sages d’UNIR”, Charles Kondi Agba, sur radio Nana Fm, est revenu largement sur la présidentielle du 22 février prochain. Il a évoqué notamment le cas du candidat unique des forces démocratiques Agbéyomé Kodjo.

Lors de son intervention, l’ancien ministre a rejeté l’information selon laquelle le candidat Agbéyomé Kodjo ferait peur au pouvoir. A en croire nombre d’observateurs, ce dernier sortira vainqueur de cette élection avec le soutien des fidèles catholiques, parce qu’il a été choisi par Mgr Philippe Fanoko Kpodzro.

« Moi aussi je suis catholique, mais je suis UNIR. Donc dire que les catholiques voteront monsieur Agbéyomé Kodjo parce qu’il a été choisi par Mgr Kpodzro, ce n’est pas vrai », a lancé le délégué national des ‘Sages d’UNIR avant d’ajouter : « Nous n’avons peur d’aucun candidat ».

A ceux qui pensent que Faure Gnassingbé sera réélu sans surprise, le militant d’UNIR a laissé entendre que c’est parce que son candidat s’est levé tôt.

« En allant à cette élection, c’est que tous les candidats y croient. Tous les candidats partent avec une égalité de chances. Si certains disent que Faure Gnassingbé sera réélu sans surprise, ce n’est pas parce que les institutions en charge du scrutin ne seraient pas crédibles. C’est simplement parce qu’il s’est levé tôt », a-t-il déclaré.

L’ancien ministre en charge de la Santé s’est également prononcé sur le rejet du recours en annulation de la candidature de Faure Gnassingbé par la Cour constitutionnelle, une requête déposée par le président de l’ANC, Jean-Pierre Fabre.

Charles Kondi Agba trouve que la démarche du candidat Jean-Pierre Fabre n’est pas sérieuse. Selon lui, il est paradoxal que le président de l’ANC remette en cause ces institutions alors qu’il a participé au vote de tous les textes relatifs au processus électoral.

« Si vous êtes député, si vous avez pris part au vote de tous les textes relatifs au processus et que vous venez après remettre en cause les institutions, ce n’est pas sérieux », a-t-il avancé.

Icilomé