Dr Wala Kperkouma : « Le désarroi est immense dans les cœurs et l’inquiétude s’empare de tous les esprits »

LA UNE POLITIQUE

Selon Dr Wala Kperkouma, cadre de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI, parti membre de la C14), le scrutin du 20 décembre 2018 est une illustration supplémentaire du rejet par le peuple togolais, de la gouvernance actuelle du pays. Dans une déclaration rendue publique, l’universitaire estime qu’en lieu et place de bomber le torse pour avoir conduit un train vide à la gare, le régime de Faure Gnassingbé devrait plutôt tirer des enseignements du message du peuple togolais par cette faible participation au scrutin du jeudi dernier. Les leaders politiques de l’opposition devraient aussi éviter tout triomphalisme et se mettre au travail pour des solutions concrètes et durables afin de ne pas contribuer à l’allongement sans fin de la crise politique qui dure de trop. Lire la déclaration dans son intégralité.

Togolaises, togolais,
Mes chers compatriotes

Le scrutin du 20 décembre 2018 est une illustration supplémentaire du rejet par le peuple togolais, de la gouvernance actuelle du pays.

Cela ne semble pas attirer l’attention du gouvernement, qui à travers les propos de son porte-parole justifie simplement que le scrutin est valide et légitime quel que soit le taux de participation. On pourrait caricaturer en disant que même si c’est 1% des électeurs qui votent, certains hommes politiques savoureraient le champagne pour avoir conduit un train vide à la gare.

D’un autre côté, cela démontre aussi la soif du peuple togolais pour un véritable changement. Ce changement doit se construire dans des stratégies idoines pour donner l’opportunité à notre peuple de s’exprimer et de défendre son expression. Ce changement doit renforcer la cohésion sociale entre les différentes composantes communautaires, sociales, professionnelles et religieuses de notre pays.

Ce qu’il faut retenir de ce scrutin, c’est qu’il nous fait reculer au plan démocratique et il ajoute davantage de fissures dans la cohésion sociale de notre peuple déjà mise à rude épreuve. Oui cela est bien perceptible, entre les confessions religieuses et les politiques, entre l’armée, les politiques et les populations, entre les communautés. Le déploiement de l’armée et des forces de l’ordre, le rappel des retraités, toute la mobilisation des forces de défense et de sécurité, donnent le signal d’un pays en guerre contre lui-même. Le désarroi est immense dans les cœurs et l’inquiétude s’empare de tous les esprits.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Après les scrutins législatifs de 2007 et 2013, qui, bien que contestés pour cause d’insuffisances, ont permis au pays d’avoir un parlement avec toutes les grandes forces politiques du pays ; on se disait d’avoir enfin congédié le sort de 2002. Mais hélas. Nous devons garder à l’esprit que c’est le PNP, un parti extraparlementaire qui a réchauffer la crise politique depuis le 19 août 2017, une crise politique cyclique et qui s’éternise.

En lieu et place de bomber le torse pour avoir conduit un train vide à la gare, nos dirigeants devraient plutôt tirer des enseignements du message du peuple togolais. Les leaders politiques de l’opposition devraient aussi éviter tout triomphalisme et se mettre au travail pour des solutions concrètes et durables afin de ne pas contribuer à l’allongement sans fin de la crise politique qui dure de trop.

Le pays, notre patrie le Togo, que nos aïeux ont voulu OR DE L’HUMANITÉ, se meurt et est le grand perdant de cette situation. Le peuple nous observe tous et est de plus en plus lassé de ses hommes politiques.

Nous ne pouvons continuer de façon collective avec des responsabilités partagées à des degrés divers, à conduire notre pays dans un labyrinthe juridico-politique sans fin.

Il fut un temps je nous interpellais à oser tous la RUPTURE dans nos postures et nos pratiques politiques. Le peuple attend des hommes politiques des solutions à la crise politique qui plombe notre économie et notre épanouissement social. Ou à défaut, il s’en chargera lui-même de quelques manières que ce soit.

UN TOGO DÉMOCRATIQUE, UNI ET PROSPÈRE EST POSSIBLE.

À nous de le bâtir, et pour cela chaque togolais, tous les togolais doivent consentir un sacrifice : L’ENGAGEMENT CITOYEN ET PATRIOTIQUE.

Dieu et nos aïeux bénissent le Togo.

Wala Kperkouma

Citoyen togolais

Laisser un commentaire