Présidentielle de 2020 : Me Agboyibo veut savoir qui est de l’opposition et qui ne l’est pas

0
24
Présidentielle de 2020 : Me Agboyibo veut savoir qui est de l’opposition et qui ne l’est pas

A quelques mois de la présidentielle de 2020, la question du cadre électoral fait toujours objet de débats au sein de l’opposition. Au Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), l’on estime également qu’il faut revoir la composition des institutions en charge d’organisation des élections au Togo.

Devant les médias ce mercredi matin à Lomé, les responsables du CAR n’ont pas caché leur inquiétude par rapport à la prochaine échéance électorale. Pour Me Agboyibo et ses collaborateurs, le processus actuel de la présidentielle de 2020 n’augure rien de bon pour le Togo. Et le pire, c’est qu’il risque de plonger davantage le pays dans la crise politique qu’il traverse depuis quelques mois déjà.

A en croire les responsables du CAR, le cadre électoral pose un sérieux problème. Et la composition « quasi-monolithique » de l’actuelle Commission Electorale Nationale Indépendant (CENI) en est la preuve. « Puisque les 17 membres de cette CENI sont tous de la mouvance présidentielle, à l’exception de deux (2) », a lâché Me Agboyibo, président du CAR.

L’ancien Premier ministre dénonce la présence de certaines formations politiques dans l’actuelle CENI qui, tout en soutenant l’action le pouvoir, se réclament également de l’opposition. Ce qui est contraire aux dispositions de la loi portant statut de l’opposition togolaise.

Ainsi pour assainir le cadre électoral et assurer une recomposition paritaire de toutes les institutions en charge de l’organisation et de la supervision, de la proclamation et du contentieux des élections au Togo, le CAR invite-t-il le chef de l’Etat, les organisations et tous les citoyens inquiets de l’enlisement du processus électoral togolais, à œuvrer à ce qu’il soit procédé, avant la tenue de l’élection présidentielle en perspective, à la clarification du statut d’un parti politique de l’opposition au Togo. Histoire de savoir qui est réellement de l’opposition et qui ne l’est pas.

Selon le Bélier Noir, « cette clarification devra servir à faire réformer la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et ses démembrements et les autres institutions ayant pour mission de concourir à l’organisation des élections libres, transparentes et équitables au Togo ».

« Cette clarification devrait également servir de clé de composition de la Cours Constitutionnelle, de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), de la Cours des Comptes, du comité de règlement des litiges de l’ARMP et de toutes les autres institutions de régulation de la gouvernance des richesses nationale et des libertés publiques », a-t-il ajouté.

Notons que cette conférence de presse est la première d’une longue série. Les responsables du CAR comptent rencontrer les médias, dans les jours à venir, pour se prononcer sur la présentation ou non d’un candidat à l’élection présidentielle à l’horizon et sur les tractations qui seraient en cours pour l’union d’action de l’opposition.

Icilomé