« TOGO DEBOUT » délocalise son meeting de sensibilisation du 28 juillet à Kondjindji »

0
9

Les responsables de l’Organisation de la société civile Front citoyen ‘’Togo Debout’’ (FCTD), conformément à la recommandation de la Délégation spéciale de la ville de Lomé, délocalisent leur meeting d’information et de sensibilisation de ce 28 juillet à Kondjindji à Bè.

Cette rencontre avait été initialement programmée sur le terrain d’Akassimé à Hanoukopé. Mais dans un courrier adressé aux organisateurs, la Délégation spéciale de la Commune de Lomé, explique « qu’en prélude aux sommets CEDEAO-CEAC et celui de la CEDEAO propre à la fin du mois de juillet 2018, le dispositif sécuritaire en vue de sécuriser ces différents évènements sera déployés à compter du 25 juillet 2018 ». Par conséquent, elle demande de surseoir cette manifestation ou de la délocaliser ailleurs.

L’objectif de cette rencontre est d’interpeller la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur l’enjeu de son sommet du 31 juillet à Lomé.

En clair, le FCTD veut, à travers cette manifestation publique, montrer à l’institution communautaire que la majorité des Togolais réclame l’alternance politique. Autrement dit, que Faure Gnassingbé, le chef de l’Etat actuel élu en 2005, réélu une seconde fois en 2010 et une troisième fois en 2015 ne se représente plus en 2020 pour un quatrième mandat.

La crise politique enlisée depuis août 2017 a conduit le régime, sous la pression, à initier un dialogue, le 27è du genre, avec la Coalition des 14 partis de l’opposition. Les discussions n’ont rien donné malgré la détermination des facilitateurs, Nana Akufo Addo et Alpha Condé, mandatés par la CEDEAO. Cette dernière a promis proposer une feuille de route de sortie de crise au cours de son sommet prévu fin juillet à Lomé.