Alors que l’apôtre Gabriel Douflé purge sa peine à la prison civile de Lomé, près d’une centaine de fidèles de son camp ont été délogés par la police ce vendredi 24 juillet. Ils sont accusés de regroupement cultuels pour des prières dans la maison de l’apôtre sise à Djagblé, alors que les rassemblements demeurent interdits, en raison de la covid-19.

Selon togobreakingnews, ils sont au total 84 personnes d’origine ivoirienne, burkinabé, béninoise et malienne, togolais,… à être jetées dans à la rue, et le portail de l’immeuble scellé pour « insubordination ». La police aurait reçu l’ordre depuis la direction des cultes.

Naturellement, les désormais sans abris expriment leur mécontentement « Chasser des gens comme ça de chez eux sans préavis est une violation de leurs droits » a déploré l’un d’eux avant d’ajouter « Écartons-nous de toute notion de religion et regardons la réalité en face ».

Rappelons qu’il est reproché au leader de ces fidèles, le sieur Gabriel Douflé d’avoir créé des camps de concentration notamment à Djagblé et à Assrama, d’avoir annoncé sa victoire à l’élection présidentielle alors qu’il n’est même pas candidat. Il est également accusé de séquestration, de sédition, de trouble à l’ordre public et de diffamation.