Contractualisation des hôpitaux : l’OMS veut partager l’expérience du Togo avec les autres pays de l’Afrique.

0
127

En séjour à Lomé dans le cadre de la 72e session du comité de l’organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique, la directrice régionale de l’institution Dr Matshidiso Moeti et le directeur général, Tedros Adhanom Gbebreyesus ont été reçu ce mardi 23 août 2022 à la présidence par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Les discussions ont porté sur la stratégie de promotion de la santé en Afrique. Une occasion pour le directeur général de l’organisation Tedros Adhanom Gbebreyesus d’exprimer sa gratitude au chef de l’Etat pour la forte mobilisation à l’ouverture de la 72e session du comité régional à Lomé pour des échanges de partage et de discussion sur la situation sanitaire sur le continent.

« Nous avons eu de très bonnes discussions sur la promotion de la santé publique en Afrique. Je peux vous assurer que la présence des ministres à cette session, est pour être honnête, très grande pour discuter de la situation sanitaire en Afrique et des stratégies communes », a indiqué Tedros Adhanom Gbebreyesus à la presse.

La directrice régionale de l’OMS Matshidiso Moeti a pour sa part félicité le président Faure Gnassingbé pour sa politique de santé et son leadership dans l’amélioration du système sanitaire sur le continent. Elle a salué l’approche contractuelle des structures sanitaires initiée par les autorités togolaises.

« Il y a une initiative qui a beaucoup impressionné les ministres africains de la santé au cours de la 72e session, c’est la contractualisation des formations de santé, surtout dans les hôpitaux, pour la rendre plus efficiente, avec des ressources déjà disponibles dans le système de santé au Togo. Ce qui a amélioré la qualité des soins disponible à la population. Nous allons promouvoir et partager cette expérience du Togo avec les Etats membres dans la région Afrique », a déclaré Matshidiso Moeti.

Le Togo s’est lancé dans cette initiative de contractualisation des hôpitaux depuis 2017. L’approche est fondée sur le principe de délégation de la gestion des structures hospitalières publiques à une entité privée. C’est-à-dire que l’Etat signe un contrat avec une société spécialisée dans la gestion des hôpitaux, à qui il délègue la gestion des hôpitaux