Faure Gnassingbé répond à Agbala Aregba

Faure Gnassingbé répond à Agbala Aregba

SOCIETE

« Agbala Aregba a besoin d’aide, c’est une urgence. Les dirigeants togolais sont appelés à réagir avant qu’il ne soit trop tard », écrivions-nous le mercredi 25 septembre dernier. Cet appel qui n’est autre que celui de l’intéressé et de ses proches, semble avoir été entendu par qui de droit.

Selon les informations qui nous sont parvenues samedi, le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a donné des instructions au président de la Fédération togolaise de Football (FTF) de s’occuper de l’ex-international Agbala Aregba qui est très malade aujourd’hui.

« Je voudrais vous dire que le président de la fédération et le chef de l’Etat Faure Gnassingbé m’ont amené à l’hôpital. Je suis actuellement au Pavillon militaire du CHU Sylvanus Olympio. Je voudrais vous dire tous merci beaucoup », a confié Agbala Aregba à l’un de ses proches dans un message vocal.

En effet, selon nos sources, dès qu’ils ont appris la situation critique de l’ex-international togolais, les deux personnalités ont cherché à le voir. Elles ont réussi à avoir un de ses proches qui a rapidement conduit une délégation envoyée par un officier de l’armée dans le domicile de l’ex-international.

Ce samedi 28 septembre 2019, la délégation est retournée au domicile d’Aregba pour l’évacuer au Pavillon militaire du CHU Sylvanus Olympio. Il reçoit depuis ce samedi, dans ce centre de santé, des soins appropriés. Une somme a été laissée à la famille pour pourvoir aux besoins du malade, selon les indiscrétions.

On pourrait dire aujourd’hui que le sociétaire du club emblématique de la capitale dans les années 80, Agaza de Lomé, ancien international qui a marqué l’équipe nationale togolaise (1985-1997), Alagba Aregba est entre de bonnes mains. On ne peut que lui souhaiter une prompte guérison.

Mais le cas d’Aregba repose la problématique de ces anciens joueurs, musiciens, artistes et écrivains qui souffrent dans l’anonymat et ont besoin d’aide. Doit-on toujours attendre la situation critique pour leur venir en aide ? Si Faure Gnassingbé ou le gouvernement devraient venir en aide à ces personnes un à un, s’en sortiront-ils ? Avec quel budget ?

C’est le lieu d’appeler le gouvernement, les fédérations sportives, les association des artistes et autres à penser à l’après-carrière de ces légendes qui ont beaucoup travaillé pour le pays. Des structures peuvent être construites pour permettre la reconversion de ces gens, une fois qu’ils raccrochent.
Icilomé