La réaction de Gerry Taama à la sortie d’Abass Bonfoh.

POLITIQUE

Tout le monde a encore en tête les déclarations de l’ancien président de l’Assemblée Nationale et ancien président par intérim du Togo en 2005, Abass Bonfoh au lendemain de la proclamation des résultats des élections législatives du 20 décembre dernier.

L’homme politique avait écrit sur son compte twitter  « Je voudrais féliciter la CENI qui a conduit le processus électoral jusqu’au bout, malgré des embûches diverses. Mais, j’ai suivi les résultats provisoires donnés. Je pense que les résultats de Bassar ne seraient pas justes. UNIR aurait 3 sièges. Bassar, c’est l’une des plus vieilles unités administratives. Pour un minimum de considération, pour lui faire un habit, on devait, demander son avis, lui prendre ses mesures et lui donner la possibilité de choisir la couleur de l’habit et le modèle. Pourquoi ce mariage forcé ? Un mariage forcé avec quelqu’un qu’on ne connaît pas et qui vous a jamais courtisée ni demandé votre main. Quel mépris ! Votre fiancé discrètement vous pousse dans les bras inconnus de son rival. Ce n’est pas rationnel. Je me refuse à cet arrangement « .En clair, il contestait l’attribution d’un siège au Nouvel Engagement Togolais (NET) de Gerry Taama dans la circonscription de Bassar.

Réagissant à cette déclaration ce dimanche, Gerry Taama a qualifié cette sortie « d’un peu hasardeuse » avant de se dire heureux et rassuré de la réconciliation qui a eu lieu après entre le nouveau député de son parti élu dans la circonscription Sonka Gnandi et l’ancien président de l’Assemblée Nationale « Il faut que Abass Bonfoh, pour qui j’ai beaucoup de respect, apprenne à connaître les gens de son milieu. Puisque notre tête de liste qui a été élu à Bassar est de Kabou. Et ce qui me rassure, c’est qu’après sa sortie un peu hasardeuse, Abass Bonfoh est allé, lui-même, rencontré notre tête de liste à Bassar et ils se sont réconciliés » a t-il déclaré.

Visiblement la hache de guerre semble être enterrée dans cette affaire.

La rédaction.

Laisser un commentaire