Professeur Wolou : Lancement du projet « Droit pour tous », promesse du parti PSR

0
169

L’un des axes phares du projet de société du parti Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR), lors de l’élection présidentielle passée, était d’enseigner le droit à tous les niveaux d’école au Togo. D’abord au secondaire et plus tard au primaire. Le leader du parti, candidat malheureux du scrutin du 22 février dernier, Professeur Komi Wolou vient de lancer ce mercredi 10 juin à Lomé, ce projet qui est donc une promesse électorale.

Pour PSR, l’objectif de ce ambitieux projet est de « doter tous les Togolais des connaissances dans leur vie quotidienne dans la sphère personnelle, privée, mais aussi leur permettre de participer de façon plus pertinente à la vie publique ». Aussi le parti envisage dans les jours à venir, étendre le programme en langues maternelles, pour une plus grande couverture de la masse.

Il s’agira clairement de promouvoir la connaissance juridique pour tous, en l’enseignant dans un langage élémentaire accessible à tous les Togolais, sans distinction sociale ni considération d’appartenance politique.
Selon le Professeur agrégé de Droit, Komi Wolou, le projet « Droit pour tous » s’inscrit dans la droite ligne de sa mission de formation et d’éducation de la masse qui incombe aux partis politiques. Alors pour matérialiser le projet, le parti se donne comme moyens les réseaux sociaux. Les cours seront en audio et accessibles chaque semaine sur les plateformes. Les évaluations et toutes les inquiétudes seront résolues sur ces réseaux par des encadreur bénévoles, titulaire d’une licence minimum.

Le professeur indique que les thématiques à développer porteront sur la famille, les successions, les droits de l’homme, les droits et devoirs des citoyens, la démocratie, et bien d’autres. Des dispositions sont presque au point, pour le démarrage des cours au mois de juillet prochain.

Par ailleurs, le secrétaire du parti Wolou informe que les contributions financières peuvent être essentielles dans le cadre du programme, mais précise t-il, elles sont volontaires. Toutefois la délivrance des attestations pourraient être subordonnée à une contribution qui, selon lui, s’élèvera à 1000 francs CFA. En rappel, le parti PSR a obtenu lors du présidentiel dernier, plus de 1.20 des suffrages exprimés.