Et si on décentralisait le service des passeports ?

Et si on décentralisait le service des passeports ?

SOCIETE

Nous l’annoncions depuis quelques jours. Ils sont des milliers de Togolais, jeunes surtout, à faire le pied de grue tous les jours, devant les locaux du service des passeports à Lomé. En cause : la participation au programme Diversity Visa 2021, un programme d’immigration du gouvernement des USA, est conditionnée cette année par la possession d’un passeport en cours de validité. Or très peu de Togolais possède une pièce d’identité, encore mieux un passeport.

Pour parvenir à effecteur sa demande de passeport ces derniers jours, il faut être vraiment un lève-tôt. Même, il y en a qui passe la nuit devant les bureaux du service des passeports, attendant patiemment les premiers lueurs du soleil pour pourvoir faire le dépôt des dossiers.

« Nous étions là partir de 23 heures. Nous avions pu avoir accès à la queue à partir de 4 heure du matin », a confié un requérant à VOA Afrique. D’autres encore disent être arrivées à 1 heure ou encore à 3 heures du matin.

Selon notre confrère, les jours de dépôt, le service des passeports reçoive entre mille (1.000) et mille trois cent (13.00) dossiers, bousculant les habitudes au niveau de ce service. Les heures de travail sont désormais de 4 heures du matin à 20 heures du soir.

Au Togo, pour s’établir un

passeport, il faut obligatoirement effectuer le déplacement de la capitale. Or le pays compte 5 grandes régions administratives et 7. 352. 781 habitants, selon une estimation de 2018.

Cette affluence au niveau des services de passeport ces derniers jours doit attirer l’attention des autorités à décentraliser le service des passeports, rapprocher un peu plus ce service des populations, pour le bien des communautés.

Icilomé