Ce vendredi 10 juillet, les membres de la Dynamique Mgr Philippe Fanoko Kpodzro étaient chez le juge d’instruction pour répondre à une affaire les concernant. Le Président du parti « Togo Autrement’’, Fulbert Attisso, au sortie des lieux, s’est confié à la presse.

« Nous avons été inculpés dans un dossier et le procureur nous a convoqués pour nous entendre dans le dossier nous concernant. Nous avons parlé de tout ce qu’on nous reproche. Vous savez que nous sommes dans l’instruction ; il y a ce qu’on appelle le secret de l’instruction, je ne pouvais pas dire plus mais je peux vous dire que nous avons répondu aux questions qui touchent aux infractions qu’on nous a imputées notamment les infractions de complicité, de violences, de fausses nouvelles. Nous avons été interrogés sur le fond du dossier, cela n’a rien à avoir avec un recadrage ou un rappel à l’ordre », a souligné l’opposant.

A en croire Fulbert Attisso, les trois heures d’interrogatoire avec le juge ne lui ont pas du tout inquiété : « Mon état d’esprit en sortant du bureau du juge d’instruction qui m’a soumis à un interrogatoire d’à peu près trois heures, c’est la sérénité. J’étais venu avec cette sérénité en me disant que nous n’avons rien fait. Nous avons fait de la politique, nous avons défendu la nation togolaise sur le plan politique, nous n’avons pas commis d’acte répréhensible et bien nous sommes sereins », s’est-il exprimé.

Rappelons que les membres du mouvement dynamique kpodzro sont accusés de complicité, appel à la violence, de propagation des fausses nouvelles et troubles à l’ordre public. Il leur est interdit de mener des actions tendant à remettre en cause l’élection présidentielle du 22 février 2020, le scrutin que conteste toujours le candidat de MDK Agbéyomé kodjo, il estime être le vrai vainqueur. Agbéyomé en tant « président démocratiquement élu », n’a pas voulu faire le déplacement vers le juge.