Le Togo s’est engagé depuis quelques années pour l’amélioration du climat des affaires, un gage pour les opérateurs économiques. Le port autonome de Lomé une maille importante de l’économie Togolaise s’aligne également dans le même sens, où d’importantes reformes ont été réalisées. C’est que le chef division des opérations douanières au PAL, Moïse Akaya, a fait savoir, rapporte icilome.

« Nous avons également entrepris d’émettre en ligne les bons à conduire, si le besoin se fait sentir d’effectuer un petit contrôle », a déclaré Moïse Akaya, avant de clarifier que « Nous avons travaillé avec les maisons consignataires pour obtenir le délai du dépôt du manifeste 24 h au plus avant l’arrivée du navire. Également pour permettre une certaine fluidité dans les enlèvements des marchandises, nous avons fait en telle sorte que le scanner tourne 24h/24 pour éviter de longue attente ».

De quoi il s’agit concrètement? La division des opérations douanières au port a dématérialisé le certificat d’origine, ce qui permettra de gagner de temps et limiter les déplacements. Les opérateurs économiques pourront désormais soumettre leurs demandes en ligne et l’obtenir en un temps record de 5 minutes.

On signale également d’importants avancés au niveau de l’importation, notamment la réduction des documents à joindre, une mesure pour encourager la célérité des affaires dans l’espace maritime (PAL). Egalement la procédure douanière a été automatisée, désormais les opérateurs économiques ne sont plus obligés de se déplacer vers la douane pour le dépot des papiers exigés.

Bref, le Togo reconnu comme le premier pays réformateur en Afrique en 2019, continue de faire des poseuses en maintenant son niveau, afin d’encourager et de d’attirer plus d’investisseurs sur son territoire. Une façon pour la division des opérations douanières au PAL de contribuer à l’atteinte des objectifs fixés par le Plan National de Développement.