Ce mardi, le quartier Djidjolé a été la cible de l’opération entonnoir qu’effectue les forces de l’ordre et de sécurité, l’idée étant de décourager et démasquer les vendeurs de carburant illicite. « Les habitants ont été terrorisés », rapporte un confrère.

La perquisition dans une maison du quartier a permis de saisir d’importants bidons d’essence. Après l’évacuation du stock du carburant saisi, les éléments de l’opération entonnoir sont revenus et ils « faisaient la ronde du quartier obligeant les habitants à se calfeutrer chez eux », indique le confrère.

Contrairement à la même opération à Tsévié hier lundi qui a failli coûté la vie à un vieil homme, l’opération de Djidjolé a été plutôt moins musclé. On ne déplore pas d’incident majeur.

Faut-il aussi rappeler que la conservation sinon le stock du carburant frelaté dans les quartiers constitue un réel danger pour la société. Mais malheureusement, cette activité non sécurisante et interdite abonde sur les rues de Lomé. Les policiers sont donc dans leur rôle de maintien d’e sécurité, mais certains citoyens sont curieux de savoir : que devient le stock du carburant saisi, alors qu’il n’est pas rare de voir les mêmes policiers au bord des routes, s’en procurer de ce carburant illicite, pour leurs motos.