Les togolais comprennent enfin la nécessité de dénoncer des cas de corruption

Les togolais commencent par cultiver la dénonciation des cas de corruption.

En 2018, la Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infrastructures assimilées HAPLUCIA a enregistré deux petites dénonciations de cas de corruption. Cette année, le nombre s’agrandit et porte sur des gros dossiers, selon les précisions du président de l’institution.

« Nos concitoyens comprennent peu à peu la nécessité de dénoncer des cas de corruption », a indiqué M. Wiyao.

A ce jour, trois gros dossiers : les fonds de la CAN 2013 et 2017, et le marché concernant la réhabilitation de la route Lomé-Vogan-Anfoin (RN34) sont sur le bureau de l’instance qui terminera d’ici trois mois ses investigations. Apres investigation, les dossiers seront confiés à la justice qui jouera également sa partition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *